La Cathédrale est classée aux Monuments Historiques.

Aire sur l’Adour a été le siège de l’évêché durant quinze siècles, ce qui explique la présence d’une cathédrale dans la ville.

La construction remonte au XIIème siècle mais fut ravagée au XIVème et XVIème siècle lors des Guerres de Religions. Elle subira des modifications jusqu’au XIXème siècle.

Principaux caractères architecturaux :

  • Orgue du XVIIIème siècle de Dom Bedos de Celles,
  • Stalles et boiseries du chœur du XVIIIème siècle,
  • Sacristie,
  • Maître autel, fin XVIIIème siècle.

 

  • NEF ET PILIERS ROMANS : La nef est encore romane, les chapiteaux qui s’y trouvent le sont eux aussi.
  • L’ORGUE DE TRIBUNE : En restant devant le chœur, vous apercevrez les grandes orgues de tribune. Construites entre octobre 1757 et septembre 1759 par Dom Bedos ou par son élève Labruguière. L’orgue est classé Monument Historique.
  • LE CHŒUR : Boiseries du XVIIIème siècle. La balustrade en marbre autour du sanctuaire date de 1684. Le maître-autel, en marbre polychrome, fut réalisé par les frères Mazzetti vers 1770. Derrière, dans l’abside reconstruite à la fin du XVIIIème, stalles et boiseries classées fin du XVIIème siècle.

Des évêques des XV, XVII et XVIIIème siècle sont enterrés là.

  • CHAPELLE DE LA SAINTE-VIERGE OU NOTRE-DAME : Les peintures représentent l’Annonciation, la Visitation, la Nativité, la Présentation de Jésus au Temple et la Fuite en Egypte.
  • CHAPELLE SAINT JOSEPH : Chapelle à fond plat dans laquelle se trouve la sépulture de Monseigneur Savy (1839).
  • ORGUES DE TRANSEPT : En 1886, des jeux furent rajoutés sur l’orgue de tribune. Vers 1950, suite à la restauration de l’orgue pour retrouver l’état d’origine, tous les jeux furent sortis et l’on put alors faire un nouvel orgue, installé dans le transept.
  • CHAPELLE DES SAINTES-RELIQUES : S’y trouve une relique de la Vraie Croix et de la Sainte Epine, cadeau de Monseigneur de Quélen en 1900. Au sol, tombe de Monseigneur Hiraboure (1859).
  • CHAPELLE DU TRES-SAINT-SACREMENT : Les peintures représentent les patriarches de l’Ancien Testament.
  • TABLEAU « Jésus au Jardin de l’Agonie » : En 1850, le Gouvernement offrit ce tableau à la cathédrale. Au sol, à l’entrée de la sacristie, tombe de Monseigneur Lanneluc (? 1856).
  • SACRISTIE : Ancienne salle capitulaire du XIVème siècle, salle carrée avec un magnifique pilier octogonal central sur lequel reposent quatre voûtes d’ogives. Au mur, des consoles engagées sont chargées de monstres et de personnages.

Au XVIIème siècle, elle fut mise en communication avec la cathédrale et à l’est, la chapelle Sainte-Anne fut construite. A l’ouest, se trouvent les anciennes ouvertures du cloître des chanoines.

  • BALCON DE L’EVEQUE : Ce mirador donnait sur la chapelle privée de l’évêque, dans le palais épiscopal.
  • FONTS BAPTISMAUX : La piscine en marbre date de la fin du XVIIème siècle. Elle a été placée là en 1843.